Esther, la Française du futur

album-cover-large-28750

Esther, 10 ans, déballe sa vie dans les pages de l’Obs depuis 2014. Chaque semaine, la brunette au petit nez pointu dévoile son quotidien sous les crayons de Riad Sattouf. Le dessinateur l’a rencontrée pour de vrai un soir où il avait invité à dîner un couple d’amis. Espiègle, directe et la langue bien pendue, cette gamine lui plaît, son univers aussi. En plus, elle raconte de sacrées histoires. C’est décidé, elle sera l’héroïne de sa prochaine bande dessinée. Après deux ans de feuilletons hebdomadaires, « Les cahiers d’Esther, histoires de mes 10 ans », sont rassemblés en un album, publié aux éditions Allary en janvier 2016.

« A l’école, entre nous, on peut parler comme on veut, c’est pas comme à la maison, où les gros mots sont interdits. Voilà les gros mots que je connais : merde-cul-putain-bordel-fait chier-conne-ta gueule ». On vous avait prévenus, la gosse n’a pas la langue dans sa poche ! C’est utile d’avoir du tac-au-tac dans son petit monde. Un frère stressé et mal aimable, une mère vaporeuse, un père prof de gym qui ne veut pas lui acheter d’ « aïe-phone » (mais bon, elle l’aime quand même), la valse des copines qui se font des crasses, la sourde violence des moqueries et autres bassesses, le romantisme cruel de la salle de classe, le pain quotidien des amoureux bas de gamme : c’est la vie secrète des filles travaillées au corps par leurs œstrogènes, c’est « Raison et sentiments » dans la cour de récré, c’est la vie d’Esther dans le 17e arrondissement.

Malgré la misogynie des jeunes garçons testostéronés, la fillette se dit heureuse dans son école privée. Le récit reste léger et enjoué. Audacieuse pirouette de Riad Sattouf : il pointe la vie des enfants d’aujourd’hui, sans jamais dénoncer les influences auxquelles ils sont soumis mais qui façonnent déjà les adultes de demain. L’air de ne pas y toucher, il observe du haut de son dessin de presse et laisse le lecteur s’horrifier des tendances de l’enfance moderne : société fade du divertissement, dépendance précoce aux technologies, tyrannie du collectif sur les introvertis… et on en passe. L’émotion, naît simplement de la voix de l’enfant, comme dans l’Arabe du futur, où Riad Sattouf croquait sa propre jeunesse entre la Bretagne et un Moyen-Orient déchiré. En petit naturaliste de la jeunesse, boutiquier talentueux de la sociologie contemporaine, il se contente de dépeindre sans jamais juger. Sattouf a prévu de suivre Esther jusqu’à ses 18 ans, dans une série de huit albums en perspective. Quand on tient un bon sujet, on ne le lâche pas…

Les Cahiers d’Esther, histoires de mes 10 ans, Riad Sattouf, Allary Editions 2016, 16.90€

Publicités
Cet article a été publié dans EBullition : coups de coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Esther, la Française du futur

  1. lapinbleu2 dit :

    Très marrant. J’ai adoré. Merci pour ce partage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s